AS (CO)LEADER

SEBASTIEN BOISSEAU : contrebasse
MATTHIEU DONARIER : saxophones, clarinettes

 

La musique de WOOD s'appuie sur l'intuition et l'interaction, avec une intention dominante : brouiller les frontières entre improvisation et composition.
Depuis notre rencontre en 2000, une vingtaine d'albums enregistrés ensemble dans une foule de projets: 10 ans de scène avec Daniel Humair, Gábor Gadó, Alban Darche ou encore les aventures européennes de Unit et du Collectif Yolk, forcément, toutes ces aventures partagées depuis tant d'années, ça crée des liens.

Nous aimons ouvrir le duo à d'autres artistes, des concerts sont possibles avec :

Sylvie Courvoisier & Mark Feldman
Pierre Favre
Tom Arthurs
Eve Risser


::: Album disponible sur Yolkrecords en CD & LP :::

Vidéo : Wood en concert à Radio France le 21.01.12

Booking: wanbliprod.com


Mark Feldman, Sylvie Courvoisier, Matthieu Donarier, Sébastien Boisseau
photo@remi angeli


WOOD élu parmi les « 100 duos cultes de l’histoire du Jazz » JazzMagazine/Jazzman, décembre 2013 n°656

« Peut-on admettre un enregistrement aussi récent dans le cercle fermé de cent plus beaux duos, sans attendre le résultat de la patine du temps sur ces bois-là? On prend le risque avec bonheur, guidé par la complicité et les sonorités exceptionnelles de ces duettistes. » Vincent Cotro

"Leur rencontre en duo est un petit bijou musical”L’Europa Jazz Du Mans

« En 2013, Matthieu Donarier et Sébastien Boisseau ont réalisé un merveilleux disque qui les a propulsés immédiatement parmi les maîtres actuels du duo. Leur conversation, qui est le contraire du bavardage, est subtile, intense et poétique. Les écouter, c’est se rapprocher de l’essentiel. » Nevers Jazz Festival

ELU Choc + portrait croisés de 3 pages, Jazz Magazine Jazzman, mai 2013 n°649
« C’est toute leur musique qui sent le bois. Le bois des anches de Donarier, le bois de la contrebasse de Boisseau. » Franck Bergerot

Eric Quenot – Jazz Magazine/Jazzman
« La musique offerte par Wood, parce que belle et située hors des courants et des clichés, apaise et rassure »

« ELU » CITIZEN JAZZ
« Une réussite. Le disque s’écoute comme une seule et longue suite formant un arc musical tendu. Une longue histoire d’une grande beauté. » Matthieu Jouan – Citizenjazz.com

« La mélodie. Et l’harmonie, au sens général du terme. La beauté, si vous préférez, une sorte de beauté exigeante, accidentée, parfaite. » François-René Simon, Jazz Magazine

« Voilà un disque qui m’a plu énormément. D’abord parce qu’une seule écoute ne suffit pas à en épuiser le suc.
Ensuite parce que la variété sans incohérence de l’ensemble procure un réel plaisir.
Parce que, aussi, les deux artistes sont de merveilleux musiciens. Parce que l’album n’est ni trop long ni trop court.
Mais aussi, et surtout, parce qu’il y a une réelle pensée derrière la production. » Ludovic Florin




2014

03 mai : Périgueux @ Le Paradis
06 mai : Tours @ Le Petit Faucheux (invités S.Courvoisier & M.Feldman)
13 mai : Paris @ Sunside (invité Jozef Dumoulin)
15 mai : Salon de Musique, Nantes
16 mai : Lausanne @ Le Chorus (invité Pierre Favre)
17 mai : Jazz in Arles Festival
18 mai : Marseille @ Le Point de Bascule
19 mai : Perpignan – Masterclass conservatoire
20 mai : Perpignan @ Le Théâtre municipal
21 mai : La Grande Longère @ Le Rouquet, Montesquieu-Lauragais
24 juin : Orléans Jazz Festival
06 juillet : Paris Jazz Festival
24 juillet : Rouen @ Terrasses du jeudi
17 août : Jazz Campus en Clunisois
01 octobre : Le Mans @ Eve w/ Tom Arthurs
02 octobre : Olivet @ MJC w/ Tom Arthurs
03 octobre : Le Pallet @ Musée du Vignoble w/ Tom Arthurs
05 octobre : Lizières, Epaux-Bézu
13 novembre : D'Jazz Nevers Festival
14 novembre : Salon de Musique, Tours
21 novembre : château de Fontenay, Bléré
16 décembre : Salon de Musique, Nantes

JOHN HOLLENBECK : drums
ALBAN DARCHE : saxophone
SEBASTIEN BOISSEAU : double bass
SAMUEL BLASER : trombone

 

Booking : wanbliprod.com
Buy the CD
Acheter le disque

 

JASS as in John, Alban, Samuel, Sébastien. Or as in jass, a centuries-old card game for four players, also called chibre, that is popular to this day in Switzerland and in the Austrian region of Voralberg. Or also as in jass, the term used by the Original Dixieland Jass Band lead by Nick La Rocca in March 1917 for the very first jazz-album recording.*

Thus Jass can be viewed as a semantic connection of little importance or simply an amusing etymological coincidence.
One might also suppose that some perceptive intuition, chance encounters and unplanned events such as Alban Darche’s admiration for John Hollenbeck’s Claudia Quintet and his fortuitious meeting with their drummer, the development of a real bond between Samuel Blaser and Sebastien Boisseau or the playfulness shared by the four protagonists have guided them to reveal an aesthetic glee generated by a music both modern and deeply rooted in jazz history. A music that is eminently collective, that is expertly composed but yet its natural flow allows the meaning to emerge as much in the silences as in the musical motif wrought from listening to each other’s ideas and feelings.



©manuel miethe

 


reviews on :

allaboutjazz.com (EYAL HAREUVENI)
Burning Ambulance (US)
rhapsody.com
freejazzblog.org (*****)
draaiomjeoren.com (NL)
allaboutjazz (Itlay)
tamojazz.com (spanish)

 

"This collaboration has been made possible through the French-American Jazz Exchange, a joint program of FACE (“French American Cultural Exchange”) and Mid Atlantic Arts Foundation, with generous funding from the Cultural Services of the French Embassy, Doris Duke Charitable Foundation, Florence Gould Foundation, Andrew W. Mellon Foundation, Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique (“SACEM”), Institut Français and the Ministère de la Culture et de la Communication."

STEPHAN OLIVA : piano
SEBASTIEN BOISSEAU : bass
TOM RAINEY : drums


new trio, first concerts may 2016

©DR

1 SALON, 2 MUSICIENS
Tu causes ou tu joues ?


Pendant deux ans, le contrebassiste de jazz Sébastien Boisseau a fait les deux, dans le quartier nantais des Dervallières et à Tours. En compagnie d'un autre musicien, saxophoniste, guitariste, trompettiste ou batteur, il s'est invité chez l'habitant et dans des associations pour y faire de la musique improvisée. Après chaque morceau, il a engagé le dialogue avec un public peu familier des salles de concert et suscité questions et réactions.

Cette expérience menée de pair avec son activité sur les scènes internationales et au sein du label Yolk dont il est l'un des directeurs artistiques, Sébastien Boisseau en a tiré la conclusion que  l’on peut entrer dans l’univers très riche du jazz en toute simplicité. A condition de se donner la peine de décoller les étiquettes et de laisser les préjugés à la porte.

Le site internet dédié à ces Salons de musique révèle la richesse des échanges et des contenus abordés.

www.musiquedesalon.com




©Toinette

SEBASTIEN BOISSEAU : contrebasse acoustique

Aux côtés de Daniel Humair, Louis Sclavis, Gábor Gadó ou John Hollenbeck, Sébastien Boisseau s’est imposé comme un contrebassiste de référence en Europe.

A l’instar de ses maîtres (J-F Jenny-Clark, Marc Johnson, Scott Lafaro) il présente l’instrument pilier de l’orchestre de jazz sous une autre lumière.
Ce programme introduit progressivement les éléments forts de son identité musicale ; le son boisé, la diversité des sonorités et des capacités d’une contrebasse qui fait corps avec lui.
Il ouvre les portes d’un monde très intime, un monde de rêveries dans lequel il s’évade seul et qu’il partage avec vous ; Alone Together …

 

Booking : Simon Barreau at wanbliprod.com

Merci à Nicolas Dourlhès et Julien Gros-Burdet pour ce souvenir d'un concert au festival des Rendez-Vous de l'Erdre, paru dans Citizenjazz.


Couvent des Cordeliers, Août 2016 : Sébastien Boisseau solo


"... certainement un des plus beaux concerts de tout le festival… Le solo du contrebassiste semble né d’une longue réflexion sur l’exercice. Cela commence par « Alone Together », comme un leitmotiv, qui permet d’emblée d’être subjugué par la beauté de la sonorité de Boisseau, son sens de lamélodie et de l’équilibre, sa maîtrise du silence et de la dramaturgie. Tout au long de ce concert, Sébastien Boisseau s’amuse à dessiner une carte qui traverse la chanson et le jazz, successivement - on croise Sclavis et Paul Motian et le superbe « It Should’ve Happened A Long Time Ago » - ou en s’amusant à croiser au sein d’un même morceau Gainsbourg (« La Noyée ») et Wayne Shorter, Barbara et Ornette Coleman. Dans un cadre qui se prête parfaitement au solo, même si les avions ont décidé, en ce dimanche après-midi, de rappeler que notre monde ne s’arrête réellement jamais, le Nantais d’adoption délivre une sorte de définition de ce que peut (doit ?) être un solo : toujours dans l’échange avec le public, n’hésitant pas à discuter avec les spectateurs, mêlant différentes amours et influences. Au travers d’un répertoire qui porte dans les titres choisis cette volonté : « Flânerie », « Double moi », « Désaccord majeur », il prend le temps, offrant aux spectateurs l’occasion de penser, d’apprécier, de sentir, de frissonner. Un moment fort, nourri par un véritable échange et porté par un projet réellement abouti."

ALBAN DARCHE, SEBASTIEN BOISSEAU, JEAN-LOUIS POMMIER : artistic directors

[eng]

Yolk is an independant jazz label we founded in 1999 with Alban Darche and Jean-Louis Pommier. Runned by musicians and dedicated to our own musical projects, the catalog is sometimes open to our musician family...

Today Yolk catalog is about 70 records and around 200 musicians have recorded for the label.

More info on the english website : Yolk Records

 

+++++++++++++++++++++++++

[fr]

Yolk est un label qui réinvente la production de disques, de façon artisanale. Chaque groupe finance lui-même l’enregistrement et la fabrication de son disque, et les ventes lui permettent de rembourser son investissement.
Yolk est donc une « fédération d’autoproduction », qui trouve une véritable cohérence de label dans la sélection des projets artistiques et dans le graphisme, deux caractéristiques qui sont à la source d’une notoriété désormais bien établie.

Mes années Yolk : logique d’oeuvre ou logique de produit ?
par Sébastien Boisseau, directeur artistique de Yolk, artiste associé au Petit Faucheux (édito janv. 2015)

"En 2000, entre Tours, Nantes et Le Mans naissait le label Yolk. Avec peu de moyens, quatre disques prêts à sortir et beaucoup d’énergie, notre fédération d’auto-producteurs a lancé une collection « jaune d’oeuf » avec des disques en carton assemblés à la main. Il s’agissait d’être visible et surtout audible en fabriquant et en contrôlant un outil adapté à nos besoins de musiciens. Nous étions producteurs de sons et nous sommes devenus (en plus) producteurs de disques. 15 ans après, deux nouveaux albums Yolk seront présentés au Petit Faucheux ce semestre : le 3e opus du trio de Matthieu Donarier et une nouvelle face de la figure de prédilection d’Alban Darche, l’Hyprcub.

Savez-vous qu’il existe au Petit Faucheux un centre de ressource qui archive des centaines d’enregistrements et de publications qui documentent l’activité artistique liée au club ? Le public, les musiciens, les étudiants, les chercheurs, peuvent consulter gratuitement des « lives », des démos ou des albums envoyés par les artistes qui sont venus jouer ici, le catalogue du label AA … Cet espace de ressource démontre à lui seul que l’enregistrement de la musique a toujours plusieurs objectifs : l’archivage des répertoires, la carte de visite professionnelle des artistes, le lien avec le public au-delà du temps du concert, la photographie d’une époque.

La fonction du disque ne peut donc être résumée à une vision commerciale s’inscrivant dans un modèle industriel de consommation de la musique. Bien-sûr cette logique de produit existe, et son objectif totalement assumé, est d’atteindre le maximum de rentabilité. L’industrie a d’ailleurs décidé de déplacer la valeur financière du travail artistique de l’oeuvre vers les supports de stockage des oeuvres. Aujourd’hui, c’est le matériel (ordinateurs, lecteurs, téléphones, tablettes…) que l’on achète à prix d’or afin d’accéder à des oeuvres qui glissent vers la gratuité (streaming, copie, partage…). Dominique Sagot-Duvauroux*, économiste de la culture, décrit ce phénomène comme « une évaporation de valeur ». Et dans ce système, ce sont les industriels (Apple et Google en tête) qui empochent le magot aux dépens des créateurs, sans qui tous ces appareils ne seraient que des coquilles vides.

En créant le label Yolk il y a 15 ans, avec Alban Darche et Jean-Louis Pommier, nous avons donc choisi une logique d’oeuvre. Nous avons choisi d’aller vers un autre modèle économique, plus profitable aux artistes. Nous produisons peu. Nous suivons les groupes dans l’évolution de leur répertoire. Nous travaillons l’objet disque avec soin dans sa dimension sonore et graphique car même si la scéne reste au centre de notre activité de musicien, le disque offre cette magie de matérialiser l’instant et le son, de poser une empreinte avant de faire un nouveau pas.

En 2015, Yolk va sortir un 70e album. Ses 3 directeurs artistiques sont toujours musiciens et toujours bénévoles. Yolk est efficacement distribué par l’Autre Distribution. Plus de 200 musiciens ont enregistré sur le label, la passerelle entre la région Centre et les Pays de la Loire est toujours là et nous construisons d’autres ponts artistiques avec l’Europe les Etats-Unis. L’auditoire de Yolk augmente et nos disques édités dans des formats différents (fichiers, CD, Yolkbox, Vinyles) sont toujours écoutés par le public, les programmateurs et les journalistes. Enfin, comme le préconise Mr Sagot-Duvauroux*, nous cherchons toujours à « imaginer l'alambic qui permettra à une partie de la vapeur de se condenser et de revenir aux artistes, pour leur permettre de vivre et d'avoir un juste retour sur la valeur qu'ils ont créée. »

www.yolkrecords.com

« Sur Internet, la valeur s’évapore » Interview de Dominique Sagot-Duvauroux, par Thierry Mallevaës, Ouest France, 29 septembre 2014.

 

AS PARTNER

JEAN-PAUL DELORE : récitant
LOUIS SCLAVIS : clarinettes, harmonica
SEBASTIEN BOISSEAU : contrebasse

 

 

Baudelaire, Césaire, Couto, Labou Tansi, Marecha, Michaux, Niangouna… Accompagné de Louis Sclavis, Jean-Paul Delore se fait l’écho des poètes dont les oeuvres illustrent sans cesse les deux temps de la vie nomade : « s’attacher et s’arracher » à son pays, à sa culture, à sa condition, à l’autre, à soi-même.

Langues et Lueurs est un récital texte et musique dans lequel les nouvelles, poèmes, aphorismes d’auteurs français, africains francophones ou non, vivants ou non, connus ou pas, sont imbriqués aux voix chantées et dessinent un paysage sonore où alternent langueurs et colères, rêveries et dérisions. Un croisement et collision de voix parlées et chantées pour une nouvelle partition des Carnets Sud/Nord, pour entendre et ressentir cette itinérance géographique et poétique.

Jean-Paul Delore partage la scène avec les talentueux Louis Sclavis et Sébastien Boisseau qui se sont imposés parmi les musiciens les plus créatifs de la scène jazz européenne.

Imprévisible Sclavis qui, de Rameau à Duke Ellington, en passant par les murs de Naples, promène sa clarinette, vagabonde sur des territoires musicaux multiples et sans cesse renouvelés, croisant la route de nombreux artistes car pour lui, la rencontre est une dimension essentielle à l'épanouissement organique de sa musique.

 

 

Pour en savoir plus sur le spectacle: Simon Barreau

contacter Simon Barreau

 

 

 

 

« Nous sommes les locataires de la langue française. Nous payons régulièrement notre loyer. Mieux même : nous contribuons aux travaux d’aménagement dans la baraque. Nous sommes en partance pour une aventure de copropriation. »
S.L. Tansi

«  toute ma vie j’ai cru : l’amour c’est les deux se multipliant par un. Mais aujourd’hui je sens : être un c’est encore beaucoup. Trop. J’ambitionne, oui, d’être le multiple de rien. Personne au pluriel. Personne. »
M. Couto

«  Il faut avoir de l’amour, c’est si important, et il faut avoir du baiser qui est très important, et les deux c’est pas catholique qu’ils aillent forcément ensemble. Hein! Tu m’entends ma petite Lulu? Allez viens, on recommence. » 
D. Niangouna


ALAIN VANKENHOVE : trumpet
URI CAINE : piano
JEFF BALLARD : drums
SEBASTIEN BOISSEAU : bass


Booking : Simon Barreau at wanbliprod.com

06 octobre 2015 @ Caveau Mumm, Reims
07 octobre 2015 @ Le Petit Faucheux, Tours
08 ocotbre 2015 @ Sunset, Paris
09 octobre 2015 @ Le Pannonica, Nantes
10 octobre 2015 @ Le Pannonica, Nantes

« La rencontre avec Uri Caine, compositeur et pianiste émérite (Variations Goldberg- Syndrome of Othello) a été l’occasion de découvrir « de l’intérieur » sa musique. J’ai été immédiatement séduit par sa façon si singulière d’appréhender le répertoire classique, en faire émerger l’essence, lui donner un nouvel éclat par l’apport de sa culture jazz, avec un brio et une légèreté qui n’a pas d’égal dans le monde de la musique aujourd’hui. Lors de mon passage dans le Lester Bowie Brass Fantasy, j’ai été fort marqué par cette musique aux couleurs teintées de cette si atypique « serious-fun » attitude. Cette vision mélangeant une musique réfléchie à l’énergie des musiques populaires n’a cessée de me poursuivre et marquer de son empreinte ma façon de faire la musique.

Ce que je retiens de mes années de jeunesse « hors musique » ou j’apprenais le dessin d’objets industriels, c’est la position de l’oeil sur l’objet. Je n’ai cessé de faire de même avec la musique, changer d’angle de vue, pour donner au processus d’écriture plus de relief, plus de justesse, plus de richesse.

Après une image sonore « beyound mountains » très contemporaine, où mes univers improvisés et écrits du moment s’intriquaient à plaisir, j’explore, avec « point of views » les surfaces et profondeurs de l’héritage du jazz moderne, inspiré de mes plages « Blue Note » préférées, et nourrit par mes expériences dans les musiques européennes. Par cette rencontre, j’ai voulu confronter nos points de vues, si proches et si lointains, subtilement empreints d’expériences communes dans les musiques écrites et improvisées.

J’ai voulu une formule à quatre musiciens pour exprimer ce partage de points de vues, alors quoi de plus réjouissant que de convier deux compères aguerris, Sébastien Boisseau, à la contrebasse et Jeff Ballard, à la batterie pour poser ensemble les jalons de ce nouveau répertoire et magnifier cette rencontre. »

Alain Vankenhove

_______________

Alain Vankenhove, defined as the most lyrical French jazz trumpeters (Henri Texier, Marc Ducret, Jim Black ...) invites an international team with famous musicians for his new group. This French-American quartet idea comes from the meeting and work with Uri Caine, piano virtuoso (Goldberg Variations, Plastic Temptation …). He sets up a roaring rythm section with Jeff Ballard (Ray Charles, Brad Meldhau …), one of the best today’s jazz drummers and Sébastien Boisseau (Daniel Humair, Gabor Gado, Louis Sclavis ...) the most European of French doublebass players.



photo© Rémi Angeli



JOACHIM KÜHN : piano
SEBASTIEN BOISSEAU : contrebasse
CHRISTIAN LILLINGER : batterie

 

Evènement !

Le pianiste allemand a indéniablement marqué de son empreinte le jazz de ces 40 dernières années. Très jeune, il est à Paris avec Gato Barbieri, Don Cherry ou Michel Portal, puis forme un trio mythique avec Daniel Humair et Jean François Jenny Clark où sa vision musicale allant de Bach à Ornette Coleman s’exprime avec la plus grande vigueur. Il a aussi montré, cette dernière décennie, tout son intérêt pour les musiques du monde en jouant avec Moussa Sissoko et en créant un trio avec Ramon Lopez et le musicien marocain Majid Bekkas. Les deux musiciens dont il s’entoure, le contrebassiste nantais Sébastien Boisseau et le jeune batteur berlinois Christian Lillinger le portent vers un propos délibérément jazz, où sa fougue naturelle fait merveille. Festival Jazzèbre Perpignan

 

« Ce trio est l'un des plus excitants de Joachim Kühn, toutes époques confondues, et certainement le meilleur aujourd’hui. » Philippe Méziat Jazzmagazine


Depuis qu’il a appris à penser, le piano, la composition, et toutes les expériences musicales sans exception se partagent les faveurs de cette figure du jazz d’outre-Rhin. Après près d’un demi-siècle d’une carrière époustouflante, Kühn ne parvient toujours pas à se résoudre à faire des choix lorsque l’existence nous fournit tant de chemins à explorer. Ce trio improbable, imaginé à la requête du Paris Jazz Festival, en apporte la preuve ; elle concrétise la rencontre du pianiste avec deux jeunes créateurs européens. Paris Jazz Festival


LE CUBE
ALBAN DARCHE : saxophone & compositions
SEBASTIEN BOISSEAU : double bass
CHRISTOPHE LAVERGNE : drums


HYPRCUB
ALBAN DARCHE : saxophone & compositions
SEBASTIEN BOISSEAU : double bass
CHRISTOPHE LAVERGNE : drums
JOZEF DUMOULIN : keyboards
JON IRABAGON : saxophone


ORPHICUBE
ALBAN DARCHE : saxophone & compositions
SEBASTIEN BOISSEAU : double bass
CHRISTOPHE LAVERGNE : drums
NATHALIE DARCHE : piano
MARIE VIOLAINE CADORET : violon
DIDIER ITHURSARRY : accordéon
SYLVAIN RIFFLET : saxophone
MATTHIEU DONARIER : saxophone
FRANCOIS RIPOCHE : saxophone


photo©jean depagne
albandarche.com



Disque après disque, multipliant les formats et les expériences, Alban Darche construit une oeuvre originale, cohérente et libre.
Il est l’ingénieux compositeur et leader de multiples formations dont Le Gros Cube. Ce big band, composé d’instrumentistes parmi les plus talentueux de la scène jazz hexagonale, compte à son actif plusieurs albums dont un réalisé avec le chanteur Katerine.
Parallèlement à ses projets personnels, Alban Darche s’associe à l’Orchestre National de Jazz, Le Sacre du Tympan, Gabor Gado, Tim Berne, Driss El Maloumi, John Hollenbeck, Samuel Blaser… Il est l’un des fondateurs du très actif label Yolk qui permet à toute une génération de musiciens de s’épanouir.
Désireux de rencontres pluridisciplinaires, Alban collabore avec le chorégraphe et danseur Nasser Martin-Gousset, le metteur en scène Sylvain Maurice, l’écrivain Pierre Bordage ou l’accordéoniste diatonique Sébastien Bertrand.

L’OrphiCube, son nouveau projet, lui permet d’explorer les correspondances entre musique et arts plastiques en collaboration avec le graphiste Silvain Joblin.

++++++++++++++++++++++
[ENG]

Album after album, through an ever increasing number of line-ups and experiences, Alban Darche has been building a highly original, free-spirited and coherent body of work. He’s the ingenious composer and leader of several bands including Le Gros Cube, a big band featuring the finest jazz talents in France, with several albums to its name, one featuring singer Katerine.
In addition to his personal projects, Alban Darche has worked with, amongst others, l’Orchestre National de Jazz, Le sacre du Tympan, John Hollenbeck, Samuel Blaser, Gabor Gado, Tim Berne and Driss El Maloumi… He’s also one of the founders of the dynamic Yolk label, which has allowed a whole generation of young musicians to flourish.
An avid multidisciplinary collaborator, Alban is currently working with choreographer Nasser Martin–Gousset, director Sylvain Maurice, writer Pierre Bordage, and accordionist Sébastien Bertrand. L’OrphiCube, his latest project, allows him to explore the links between music and visual arts through a collaboration with graphic designer Silvain Joblin.



hyprcub/photo©jeff humbert
DAVID CHEVALLIER : guitares
SEBASTIEN BOISSEAU : contrebasse
CHRISTOPHE LAVERGNE : batterie


Bien que David Chevallier se soit fait connaître dans le milieu du jazz, et dans un premier temps dans les circuits de diffusion de cette musique, il n’avait jusqu’ici jamais travaillé en tant que leader sur les fameux standards, préférant interroger les liens possibles entre d’une part musique ancienne, pop music, musique de chambre, poésie, et d’autre part improvisation, composition originale.
Après ces multiples expériences, qui ont forgé son identité musicale, le moment n’est-il pas venu de s’attaquer à ces chansons issues de comédies musicales américaines de l’entre-deux guerre, et de tenter de se les approprier ?
C’est avec la liberté de ton qu’on lui connait que David Chevallier revisite ce repertoire éminament malléable. Il s’est entouré pour cela d’une rythmique fusionelle, prête à toutes les aventures musicales.

Co-production Lune de trois/Europajazz.
Avec le soutien de la DRAC et de la Région Pays de la Loire, du Conseil Général de la Loire Atlantique et de l’Adami.



photo©annabelle tiaffay
FRENCH QUARTET
GABOR GADO : guitar
MATTHIEU DONARIER : saxophone
SEBASTIEN BOISSEAU : bass
JOE QUITZKE : drums

guest: DAVE LIEBMAN


NEW TRIO
GABOR GADO : guitar
SEBASTIEN BOISSEAU : bass
WILL GUTHRIE : drums


Booking
Simon Barreau @ wanbliprod.com



Invité très recherché en France et à l’étranger, né a Pecs, Hongrie, en 1957, Gábor Gadó commence la musique par le violon puis s’oriente vers la guitare classique. En 1983 on le retrouve étudiant à Budapest et bientôt diplômé du Conservatoire Supérieur de Musique Bela Bartok. Il participe alors aux meilleurs groupes de musiciens de jazz Hongrois. On retrouve ainsi parmi ses partenaires: Robert Ratonyi fils, Ferenc Snetberger, Attila Laszlo, Bela Szakcsi Lakatos, Elemer Balazs et Kalman Olah.

Il se fait remarquer de plus en plus souvent au sein de formations musicales internationales, par exemple aux côtés de Gérard Weasley, de Randy Bross et de Shammy Jinda (Gyorgy Jinda). Le premier album édité en 1991, sous son propre nom, s’intitule Special Time. Au même moment il parcourt l’Europe pour tourner avec Nikola Parov. Gabor Gado déménage en France en 1995 et travaille occasionnellement à Londres durant cette même période.

Cinq ans plus tard, il crée, à Paris, le Gabor Gado Quartet avec Matthieu Donarier (saxophone ténor), Sébastien Boisseau (contrebasse) et Joe Quitzke (batterie). Gabor Gado est aussi le compositeur et l’interprète du disque du chanteur Winand Gabor, Corners of my mind, disque élu « meilleur disque de jazz de l’année 2002″ par le magazine français Jazzman.

En 2003, il reçoit le prix Bobby Jaspar, décerné chaque année par l’Académie Française du Jazz au meilleur musicien européen de jazz. Ce prix demeure a ce jour la plus grande reconnaissance de l’oeuvre de Gabor Gado. Cette même année marque une collaboration avec le compositeur de musique contemporaine Peter Eötvös pour lequel Gabor Gado enregistre en solo une interprétation de l’opéra « Le Balcon » sur l’album Snatches.

Il a joué dans les plus grands clubs et festival européen tels que Europa Jazz Festival de Schiltingheim, the Paris Jazz Festival, Duc des, Porgy and Bess, Festival de Châteauroux, Festival de Jazz de Montlouis/Loire, Tête Montoliu Jazz Festival (Barcelona), Festival de Jazz de Souillac, Festival de Jazz de Vitrolles, Fête de la musique de Téhéran, Mittel.

TRIO ROOMS

HANS LUDEMANN : piano/virtual keyboard
DEJAN TERZIC : drums
SEBASTIEN BOISSEAU : doublebass

 

The trio ROOMS opens new perspectives, creates spaces, undertakes joyful musical discoveries. Three European personalities have come together to form this new group: Hans Lüdemann, the German piano virtuoso, Sebastien Boisseau, the French bass improviser and Dejan Terzic, the German-Yugoslawian sound artist on drums. After the premiere within the concert series „die Kunst des Trios“ in Köln 2007 and a celebrated appearance at the „Jazz d‘Or-Festival“ in Strasbourg/France their first CD is released in september 2010 by the Hungarian label BMC.
From the first note this trio has found its own sound and a magical understanding that sets off an effortless flow of musical ideas. The compositions of Hans Lüdemann are starting points and frames, a base on which the musicians find great freedom in improvisation. Each tune tells its own story, be it melancholic moods („love confessions“), vital African impressions („le Balaphon blanc et noir“) or dark feelings („Disturbed“). „Jukebox“ by Dejan Terzic contributes dance elements, tunes by Sebastien Boisseau add a lyrical component. One of the trademarks of Hans Lüdemann is the subtle extension of the acoustic piano with „virtual“ sampled piano sounds. They are used to create microtones „between the keys“ and to add color to the unique sound of ROOMS.

 

 

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +

 

TEE ENSEMBLE

 

HANS LÜDEMANN : piano/piano virtuel
YVES ROBERT : trombone
SILKE EBERHARD : saxophones & clarinettes
ALEXANDRA GRIMAL : saxophones
THEO CECCALDI : violon
RONNY GRAUPE or KALLE KALIMA : guitare
SEBASTIEN BOISSEAU, contrebasse
DEJAN TERZIC : batterie

[ENG]

T.E.E. ensemble, is the title of a new French-German Jazzensemble, initiated by the Goethe institute Paris. It unites established musicians and young talents of creative Jazz, the lineup being half French, half German. Hans Lüdemann has the artistic direction and is contributing much of the musical material, his trio ROOMS with Sebastien Boisseau (cb) and Dejan Terzic (dr) is the foundation for T.E.E. The team also comprises trombone magician Yves Robert, guitar discovery Ronny Graupe and a frontline of saxophonists Alexandra Grimal and Silke Eberhard with young violin virtuoso Théo Ceccaldi.


[FR]

TEE, c’est le nom de l’ensemble de jazz franco-allemand, associant 4 musiciens français et 4 allemands, de différentes générations et aux styles musicaux variés, cet ensemble franchi toutes les frontières à l’image d’un TransEuropExpress sur la route de la musique européenne.

Une communauté de musiciens créatifs et hauts en couleurs, qui vont audelà des frontières musicales et humaines. Des professionnels tels que le tromboniste Yves Robert côtoient de jeunes talents comme le guitariste Ronny Graupe. Les saxophonistes Silke Eberhard et Alexandra Grimal forment avec le violonniste Theo Ceccaldi la ligne de front, une base rythmique énergique est assurée par le trio ROOMS avec Sebastien Boisseau, Dejan Terzic et le directeur artistique du groupe, Hans Lüdemann, pianiste et lauréat du prix ECHO Jazz 2013.

La mission de cet ensemble est de partir en voyage et de lier les stations et les lieux par sa musique, de faire émerger les impressions et émotions dans un dialogue musical et dans un timbre d’ensemble qui assemble les
voix individuelles créant des sons colorés : une sorte de „Polyjazz“, dans lequel la polyphonie européenne et la polyrythmie dynamique s’allient, mais aussi dans lequel les sons électroniques s’immiscent.

Le TEE Ensemble n’est pas un groupe de jazz classique, mais une formation non-conventionnelle, qui ouvre des espaces de jeux créatif, et pour qui, il n’existe pas de frontières. Il crée une nouvelle correspondance et nous emmène au-delà de l’axe franco-allemand pour un fulgurant voyage aux buts inconnus.

photo © Krisztina Csendes - Silentphoto

 

DENIS BADAULT : piano
RGIS HUBY : violon
TOM ARTHURS : trompette
SEBASTIEN BOISSEAU : contrebasse



« Composer c’est révéler des évidences cachées » disait John Cage. Je n’ai pas cessé de travailler pendant ces dix ans mais j’attendais quelque chose. Ce fut la rencontre avec Régis, Sébastien et Tom. Celle-ci fut de l’ordre de l’évidence. Il devenait alors nécessaire et naturel de fixer cela sur le disque… »


A ce point de convergence entre les voix, il n’est plus question de hiérarchie au sein d’une configuration qui aurait pu privilégier, du plain-chant au contrepoint, tel ou tel côté, tel ou tel angle du quadrilatère. Dans un glissement permanent des fonctions et relations, tous accompagnent, rythment, chantent comme si les côtés de ce carré idéal ne cessaient d’échanger leurs textures et couleurs. Souffle, piano et doubles cordes, plus ou moins graves. Ce quartet coopératif s’animant non pas autour d’un chef, mais d’un désir catalyseur, il s’organise naturellement. Des duos se créent dans l’instant - piano / contrebasse, violon / trompette : ils s’unissent souvent, s’enroulent « en rage et en ut », la trompette se jouant de tous.


Une musique sérieuse qui ne se prend pas au sérieux dans une belle architecture sonore : rien de sévèrement docte ici ; plutôt le reflet de sensibilités bienveillantes et complices qui sculptent le temps, le plient et déplient, créant des instants d’infini bonheur (« La contine des Hauts »). Non seulement Denis Badault n’a pas perdu sa convivialité légendaire, mais il continue à prendre le plaisir par la bande et ça, on aime.
Sophie Chambon, Citizenjazz.com


Booking
Simon Barreau @ wanbliprod.com

Résidence-association avec Sébastien Boisseau

Ce dispositif a pour objet d’associer un artiste ou une compagnie à l’activité d’un établissement culturel, par l’exercice d’une triple mission de création, de diffusion et de sensibilisation, sur une longue période. Après avoir associé à son projet artistique et culturel Jean-Luc Cappozzo (trompette), Edward Perraud (batterie) et Cédric Piromalli (piano), le Petit faucheux accueille Sébastien Boisseau.

Musicien et pédagogue aujourd’hui reconnu sur la scène jazz européenne, accompagné par le Petit faucheux depuis ses premiers pas en tant que musicien professionnel, le contrebassiste nantais Sébastien Boisseau va inscrire son travail dans ce dispositif durant deux ans, en 2014 et 2015. L’occasion lui est ainsi donnée de mettre en œuvre des projets de création originaux et ambitieux.

le site du petit faucheux

 

Les concerts au Petit faucheux :

  • Passage de relais avec Cédric Piromalli, duo Boisseau Piromalli le 25/01/2014
  • Langues et Lueurs : récital sur des textes d'auteurs francophones, avec Jean-Paul Delore, Louis Sclavis, Sébastien Boisseau, dans le cadre du Printemps des poètes, le 29/03/20114
  • Wood (Matthieu Donarier & Sébastien Boisseau) invite Sylvie Courvoisier et Mark Feldman, le 06/05/2014.
  • Swim (Manu Adnot, Sébastien Boisseau, Arthur Narcy) le 10/10/2014
  • Joachim Kühn trio avec Christian Lillinger et Sébastien Boisseau le 17/02/2015
  • Viracochas avec Jean-Marc Foltz, Philippe Moratouglou, Christophe Marget, Sébastien Boisseau le 31/03/15
  • HYPRCUB avec Alban Darche, Jon Irabagon, Jozef Dumoulin, Christophe Lavergne et Sébastien Boisseau le 20/05/15
  • POINT OF VIEW avec Alain Vankenhove, Uri Caine, Jeff Ballard et Sébastien Boisseau le 7/10/15

 

Les concerts en Région :

  • Standards & Avatars (David Chevallier, Christophe Lavergne, Sébastien Boisseau) au festival Chinon en jazz le 06/06/2014.
  • Wood (Matthieu Donarier & Sébastien Boisseau) au Château de Fontenay à Bléré dans le cadre du festival Emergences

 

Créations :

  • Artiste invité du Chœur d’enfants en février 2014, avec Erwann Jan et Cédric Piromalli. Représentations au Petit faucheux les 7 et 8/03/2014.
  • 1 salon 2 music(iens) cycle de concerts-rencontres en duo autour de l'improvisation
  • Artiste invité du projet Aux arts lycéens mené avec le big band du Lycée Paul Louis Courrier dirigé par Laurent Desvignes et Arnaud Gravet. En concert au Petit faucheux PLC’s Band « du new au jazz rock » le16/04/2014.

 

Pédagogie :

  • Masterclasse pour le PLC’s Band (Big Band du lycée Paul-Louis Courier dirigé par L. Desvignes et A. Gravet)
  • Sébastien Boisseau sera l’artiste intervenant auprès des 4 classes primaires du parcours scolaire pour la saison 2014-2015.
  • Interventions au CRR de Tours dans la classe de contrebasse de Charlotte Testu pour un travail régulier sur l’improvisation.

 

Des propositions de programmation :

  • Lidlboj le 29/03/2014 (Josef Dumoulin, Lynn Cassiers, Bo Van der Werf, Dries Laheye, Eric Thielemans).
  • Claudia Quintet le 06/05/2014 (John Hollenbeck, Chris Speed, Red Wierenga, Matt Moran, Chris Tordini)
  • Kamilya Jubran & Werner Hasler « Wanabni » le 04/12/2014
  • Audrey Chen & Jean-Yves Evrard le 21/03/2015
  • Laura Perrudin Harpe Solo le 31/03/2015
  • Matthieu donarier trio le 20/05/2015

 

autour :

Sortie de l’album Quiet (Cédric Piromalli, Olivier Thémines, Antoine Paulin), co-produit par le Petit faucheux, sur le label Yolk

Emissions de France Musique en live au Petit faucheux le 06/05/2014 : « Open jazz » d’Alex Duthil et « Le jazz Club » d’Yvan Amar.

Depuis septembre 2014, Sébastien Boisseau est un blogeur du nouveau site du Petit faucheux.

Exposition autour des pochettes de disque du label Yolk

SIMON SPANG HANSSEN : saxophone & compositions
SEBASTIEN BOISSEAU : double bass
CHRISTOPHE LAVERGNE : drums



Album « Luna Moon » Nominé parmi les meilleures 10 cd’s par (the Annual Critics Poll (U.S.A.), Jason Weiss,JazzImpro)

Enregistré à lizieres.org


"Et c’est avec plaisir qu’on retrouve Simon Spang-Hanssen dans la liberté du trio et plus précisément avec cette formation-là. Boisseau et Lavergne offrent à sa musique des aises, jouant de son lyrisme et de son côté dansant dont ils préservent le naturel rustique tout en lui donnant l’ouverture hors de tout format étriqué."
Franck Bergerot,  Jazz Magazine/Jazzman  mai 2013

"L’interaction entre les deux français et Simon Spang-Hanssen est exemplaire; ce sont des partenaires loyaux et très à l’écoute et cela contribue à faire de “Luna Moon” un album remarquable."
Ole Nimand, Jazz Special , juin 2013
KARI IKONEN : piano & moog
MANU HERMIA : saxophones & flutes
SEBASTIEN BOISSEAU : double bass
TEUN VERBRUGGEN : drums





Founded by its chief conductors Manuel Hermia and Kari Ikonen in 2015, Orchestra Nazionale della Luna has quickly become one of the most important orchestras on the Moon.
Its diverse and highly original repertoire, and its inventive and energetic way of playing is fascinating lunatics and jazz lovers all over the Moon and even on Earth.


2 oct 2016  
WOOD, les dimanches d'Aurore - Drancy (F)
4 oct 2016  
1 salon 2 musiciens, Le Petit Faucheux, Tours (F)
14 oct 2016  
David Chevallier trio, Reims Jazz festival - Reims (F)
15 oct 2016  
WOOD, La Renverse - St Froult (F)
16 oct 2016  
WOOD, Le LAMA - St Fiacre sur Maine (F)
17 oct 2016  
David Chevallier trio, Auditorium - Le Perreux/Marne (F)
18 oct 2016  
David Chevallier trio, Le Periscope - Lyon (F)
26 oct 2016  
WOOD, Graines d'Automne - Nozay (F)
27 oct 2016  
WOOD, Le Bar'ouf - Le Mans (F)
28 oct 2016  
WOOD, Les Assoifées - St Senoux Pléchatel (F)
29 oct 2016  
WOOD, Cosy for Tutti - Charenton le Pont (F)
30 oct 2016  
WOOD, Cosy for Tutti - Dreux (F)
5 nov 2016  
Jazz sur Lie, melocotton, Nantes (F)
9 nov 2016  
1 salon 2 musiciens, Equinoxe - Scène Nantionale de ChateaurouX (D)
10 nov 2016  
1 salon 2 musiciens, Equinoxe - Scène Nantionale de ChateaurouX (D)
12 nov 2016  
Johannes Mössinger, Jazzkeller Frankfort (D)
13 nov 2016  
Johannes Mössinger, Jazzkeller Frankfort (D)
14 nov 2016  
Johannes Mössinger, B-Flat, Berlin (D)
16 nov 2016  
Johannes Mössinger, Loft, Köln (D)
17 nov 2016  
Johannes Mössinger, Jazzkongress, Freiburg (D)
18 nov 2016  
Johannes Mössinger, jazz school, Freiburg (D)
25 nov 2016  
David Chevallier trio, Fontenay le Comte (F)
6 dec 2016  
1 salon 2 musiciens, Le Petit Faucheux, Tours (F)
8 dec 2016  
JASS w. Hollenbeck-Blaser-Darche-Boisseau, Selmer, Paris (F)
9 dec 2016  
JASS w. Hollenbeck-Blaser-Darche-Boisseau, Jazzstation, Sierre (CH)
10 dec 2016  
JASS w. Hollenbeck-Blaser-Darche-Boisseau, Fabrique Dervallières, Nantes (F)
11 dec 2016  
JASS w. Hollenbeck-Blaser-Darche-Boisseau, Yolk Live, St Fiacre/Maine (F)
13 dec 2016  
Trio Oliva-Rainey-Boisseau,
Equinoxe Scene Nationale, Chateauroux (F)
14 dec 2016  
Trio Oliva-Rainey-Boisseau,
Opus Café, Budapest (HU)
15 dec 2016  
Trio Oliva-Rainey-Boisseau,
AJMI, Avignon (F)
16 dec 2016  
1 salon 2 musiciens, Le Petit Faucheux, Tours (F)